Une lecture des Humanités numériques

Billet sur une lecture conjointe de Read/Write Book 2 de Pierre Mounier et de Humanities Computing de McCarthy.

Séance de l’Atelier de lectures du Centre Alexandre-Koyré du 5 février 2014.

Humanités numériques  (H.N. : techniques acrobatiques ou savoirs automatiques ?)

Read/Write Book 2, Pierre Mounier (dir., 2012, OpenEdition Press, en ligne https://books.openedition.org/oep/226?lang=fr)

Humanities Computing, Willard McCarty (2005, Palgrave Macmillan)

          « Le premier livre présenté, celui de Pierre Mounier, se veut être une introduction aux problématiques posées par les « humanités numériques ». Cette expression, qui date de 2006, a eu un certain succès mais ce qu’elle cache n’est pas facile à décrire, surtout quand on se souvient qu’il s’agit de l’équivalent français de l’expression anglaise digital humanities, derrière laquelle se posent peut-être des réalités et une philosophie différentes. S’agit-il d’outils ? Mis à la disposition de qui ? S’agit-il d’une discipline à part entière ? Et dans ce cas qui en sont les chercheurs ? Ces questions avaient déjà été soulevées par l’auteur du second livre présenté, Willard MacCarty, qui effectuait ainsi dès 2005 une autocritique de l’intérieur des digital humanities.

            En considérant à la manière de certains des auteurs écrivant dans le recueil Read/Write Book 2 les humanités numériques comme un ensemble d’outils mis à la disposition des SHS, on comprend qu’il s’agit d’insister surtout sur l’évolution qu’elles permettent dans les pratiques des chercheurs, lorsqu’ils fabriquent des savoirs, lorsqu’ils les publient (il est important de rappeler que le livre est en libre accès sur internet). Des corpus plus grands peuvent maintenant être rapidement analysés (big data), des recherches autrefois longues et laborieuses peuvent maintenant être menées, par exemple en utilisant des diagrammes créés sur mesure. Ainsi, ces outils se construisent et répondent de mieux en mieux aux exigences des chercheurs en s’appuyant simultanément sur les demandes de ces-derniers et sur les possibilités offertes par les travaux d’informaticiens, de mathématiciens ou autres. On ne sépare pas ainsi fondamentalement les concepteurs d’outils graphiques, de gestionnaires de bases de données, etc. d’une part, et de ceux qui les utilisent d’autre part. L’interdisciplinarité est donc au cœur de ces humanités numériques et il n’est finalement pas étonnant de retrouver, dans des « traditions » qui se forment différemment selon les pays (avec des philosophies différentes : utopique aux États-Unis, centrée sur le partage des sources en France), des laboratoires spécifiquement dédiés aux humanités numériques.

            Cette interdisciplinarité est mise en avant par McCarty qui considère que les humanités numériques doivent se baser sur un socle commun de connaissances méthodologiques présentes un peu partout : en histoire, en anthropologie… et en linguistique. Ainsi, ses travaux sur les Métamorphoses d’Ovide ont bénéficié de l’aide de logiciels permettant de mettre en lumière les structures narratives ou les schèmes syntaxiques de ce texte. Les humanités numériques ne forment ainsi rien de moins pour lui qu’un projet méthodologique et encyclopédique destiné à reprendre réflexivement les questionnements que l’on pose et à toujours affiner les réponses que l’on obtient.

            Ce type d’évolution dans les pratiques de traitement et de partage de savoirs a plusieurs précédents qui permettent d’éclairer les questions rappelées dans le premier paragraphe. Ainsi, au XIIIe siècle, l’utilisation massive de l’écriture (ce que l’on appelle la literacy, ou la culture de l’écrit) permet de faire émerger de nouveaux types de connaissances : la création de recueils écrits dans les tribunaux ou chez les notaires permet le recoupement de listes de noms ou d’événements sans cesse mises à jour, et changent profondément les pratiques sociales et administratives. De même, au XVe et XVIe siècle, l’écrit est encore plus massivement partagé grâce à l’imprimerie. La demande de ces nouveaux supports que sont le papier ou le livre imprimé demandent des personnels spécialisés, mais qui toujours travaillent en collaboration avec ceux qui vont les utiliser. C’est précisément ces nouveaux matériaux qui font se rencontrer au XVIe siècle, dans l’atelier de l’imprimeur, des gens très différents : les fondeurs de caractères mobiles, les graveurs/peintres, les papetiers, et bien sûr les auteurs (demandeurs de dessins particuliers en botanique, de caractères mathématiques spécifiques,…). Même si l’imprimerie a ses propres savoir-faire (celui du xylographe ou du graveur sur cuivre par exemple), l’outil que constitue la presse n’est pas à proprement parler une discipline. Par contre, les effets de l’arrivée de ces nouvelles technologies ont changé profondément la manière de penser et de transmettre les savoirs des disciplines déjà constituées (l’utilisation de diagrammes ou l’individualisation de la lecture par exemple), tout en créant de nouvelles disciplines (typiquement la philologie).

            Il semble ainsi, comme l’expliquent Pierre Mounier et Willard McCarty que les humanités numériques sont ce que nous en faisons, avec des théories et des pratiques qui leur sont directement liées (comme la conception d’algorithmes), mais surtout qu’elles permettent de faire se rencontrer pour leur développement mutuel et simultané des disciplines qui resteraient à distance sinon. De plus, elles vont peut-être permettre des collaborations interdisciplinaires nouvelles, mais où chaque chercheur aura à sa disposition des outils plus puissants permettant une division du travail plus grande. »

Jean-Marie Coquard, masterant du CAK. 

Social construction de la pompe à air…

Billet sur une lecture conjointe de Leviathan and the air Pump de S. Shapin & S. Schaffer, et de The social construction of what ?, de I. Hacking.

 

Séance de l’Atelier de lectures du Centre Alexandre-Koyré du 7 novembre 2013.

Sciences sociales, socialité des sciences n°1      (Une production singularisée des savoirs ?)

Steven SHAPIN et Simon SCHAFFER (1985), Leviathan and the air Pump : Hobbes, Boyle, and the Experimental Life.

Ian HACKING (2000), The social construction of what ?.

Les deux ouvrages sont disponibles à la bibliothèque du Centre.

 

 

Les effets heuristiques et épistémologiques de la pompe à air 
ou comment l’inscription sociale de la social construction peut créer du "vide"

 

          L’identification de controverse entre Thomas Hobbes et Robert Boyle sur les expérimentations de pompe à air de ce dernier au milieu du 17è siècle convoque un tournant de l’histoire des sciences dans les années 1980. De l’historien des sciences anglais et de l’historien et sociologue américain nous pouvons retenir l’influence de l’École de sociologie des sciences d’Édimbourg et son relativisme. La lecture des socialisations du fait scientifique selon cette dispute savante entre contraintes à la construction des connaissances et expérimentalisme a animé une controverse dans sa réception universitaire même. L’arrivée de cet ouvrage à Paris en 1993, notamment au Centre Alexandre-Koyré, souleva à ce titre un certain débat et quelques oppositions. Pour le dire brièvement, aux côtés d’historiens plutôt accueillants, des philosophes ne partagèrent pas tous les thèses de cet écrit. Cet ouvrage, devenu un ‘classique’ de nos domaines, appuie qu’il ne s’agit plus d’étudier les « révolutions scientifiques » comme, alors mentionnés, d’après Alexandre Koyré, Thomas Kuhn ou Robert K. Merton mais d’élargir ce que l’on attribue de construction sociale à l’identité de l’activité scientifique. La retranscription dans les sciences humaines et sociales des effets de cette analyse partant non pas des textes mais des pratiques et procédures par lesquelles les différentes légitimations vont être possibles conserve aujourd’hui un sens pour une réflexivité sur nos disciplines. Les transdisciplinarités actuelles ne semblent pas pouvoir se priver de cet apport paradigmatique et méthodologique dans nos définitions des notions de science.

          Face à cela, dans le second ouvrage, le travail du philosophe canadien reprend la question des structures et procédures de validation de la science. Dans un style accessible et un but assez anti-polémique, il partage des observations faites dans son travail et invite à une plus grande distance analytique dans nos façons de rendre compte des critères d’évaluation de la production scientifique. La science devenue un objet par les approches de Bruno Latour et Stephen Woolgar à la fin des années 1970 est considérée, en cette fin des années 1990, s’élaborer entre résultat de contingences, instabilité et nominalisme. L’exposition des deux partis sur ces trois points viserait à déréifier l’objet-science. Si un malaise académique repose sur l’historicité des systèmes de pensée et la normativité des raisonnements, il est historiquement situé et la critique du constructionnisme obsessionnel est une réponse au mouvement intellectuel des Sciences studies. L’industrie de la notion de social construction induirait parfois certaines pertes de sens davantage que des argumentations, ici autour des connaissances scientifiques. Évoquons la dite « affaire Sokal » de la même époque et l’ouvrage qui s’en suivit, entre relativisme des sciences sociales et réalisme des scientifiques. Il s’agirait dès lors de réinvestir les lectures par la social construction à une valeur qui ne la rendrait pas, à force, vide de sens. Dans celle-ci, l’influence des écrits, la circulation des idées ont une dimension politique à ne pas négliger. Nous-mêmes ne sommes pas exclusivement dans des enjeux strictement intellectuels mais bien dans des enjeux de pouvoir par le savoir, dans ce que nous-mêmes transcrivons et modelons du « réel ».

B.K Savoir c'est pouvoir. Entre sciences et réalité (Entre science et réalité : La construction sociale de quoi ?), et entre sciences et politique (Leviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique), cette lecture conjointe nous demande nos justifications et limites à nos contextualisations et objectivations, nos « vacuismes » et « plénismes », les « fuites » (comme celle débattues de la machine de Boyle) de nos propres pompes à « vérité objective ». De cette discussion résulte alors, entre autres, une invitation à lire, à lire plus, à lire plusieurs fois, pour une meilleure posture critique et plus large compréhension des significations épistémologiques pas seulement de nos acteurs scientifiques mais de ce que nous lisons sur et de nos objets, et vis-à-vis de notre propre scientificité. 

 

 

 

 

Bibliographie complémentaire

 

Pour une « suite » de l’ouvrage écrit avec Simon Schaffer :

     Steven Shapin (1995), A Social History of Truth: Civility and Science in Seventeenth-Century England.

     Steven Shapin (1998), The Scientific Revolution.

Premier ouvrage français qui reprend cette approche :

     Christian Licoppe (1996), La formation de la pratique scientifique : le discours de l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820).

Sur la recontextualisation de la notion de science et la complexité d’un ‘monde naturel’ :

     Deborah Harkness (2008), The jewel house: Elizabethan London and the Scientific Revolution.

Pour poursuivre sur le constructivisme :

     Peter Berger et Thomas Luckmann (1966), The Social Construction of Reality.

Dans la discussion sur la place des vainqueurs et des vaincus, des « sans parole » et les sélections d’acteurs que nous faisons dans l’histoire des sciences, un apport anthropologique a été mentionné :

     Nathan Wachtel (1971), La vision des vaincus : Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole (1530-1570).

Et une micro-histoire qui permet, aussi, d’interroger les sources du travail historiographique :

     Carlo Ginzburg (1980), Le fromage et les vers : l’univers d’un meunier du XVIe siècle.

 

 

Atelier de lectures « Histoires et Études sociales des sciences et techniques »

Un atelier de lectures est en cours de préparation afin de se retrouver régulièrement et partager, ensemble, des lectures d’ouvrages fondamentaux de nos domaines. 

Nous sommes dans la phase de rassemblement des souhaits de mises à l’agenda de référence.

=> Si une biographie, un article, une monographie, un Reader vous semble itnéressant à partager ensemble, au-delà de nos objets de recherche respectifs, merci de nous en faire part.  Cela permettra la programme de l’atelier en fonction de vos recommandations.

Certaines notes de lecture pourront apparaître sur cet espace ici.

 

Cet atelier, ouvert à tout les membres du CAK, se tiendra à partir de la rentrée universitaire 2013 au Centre de documentation du CAK rue Damesme, 75013.

Pour toute question ou envie de participation, merci de contacter : 

Adeline NÉRON (doctorante) adeline.neron(at)ehess.fr ou  Hana SIM (doctorante) simhana.france(at)gmail.com