Journée dʼétudes des jeunes chercheurs du Centre Alexandre Koyré – 17 octobre 2014

JE-historicité-V8_Page_1

 

Journée dʼétudes, 17 octobre 2014, Centre Alexandre Koyré, 27 Rue Damesme, 75013 Paris

Continuer la lecture de Journée dʼétudes des jeunes chercheurs du Centre Alexandre Koyré – 17 octobre 2014

Séminaire Une histoire de l’anthropocène. Capitalisme, technoscience et nature aux XIXe et XXe siècles

Séminaire Une histoire de l’anthropocène. Capitalisme, technoscience et nature aux XIXe et XXe siècles

Le séminaire interdisciplinaire “Gouverner le vivant” explore la diversité des dispositifs que mettent en place les sociétés humaines pour gouverner le vivant, du gène à la biosphère. La biodiversité, comme façon de définir le bon usage de la nature, est tout à la fois objet de savoirs et de pouvoir, dans des contextes culturels qui déterminent en partie les représentations qui y sont associées. L’intérêt de ce séminaire est d’éclairer l’objet biodiversité depuis les perspectives de disciplines différentes, de l’histoire et l’épistémologie des sciences à l’économie, en passant par l’anthropologie, la sociologie et les sciences politiques. On s’intéressera aux façons de se représenter, de connaître et de manipuler le vivant, aux dynamiques de socialisation et de politisation de la biodiversité, ainsi qu’aux rapports complexes que celle-ci entretient avec l’économie de marché.

Séminaire Gouverner le vivant

Séminaire Gouverner le vivant

Comment nos sociétés sont-elles entrées dans l’anthropocène, c’est-à-dire dans une ère géologique nouvelle, marquée par le bouleversement anthropique des équilibres écologiques et climatiques ? Le but de ce cours est de proposer une nouvelle histoire de la modernité industrielle des XIXe et XXe siècles, à la lumière de la crise écologique contemporaine et des renouvellements récents de l’histoire environnementale, de l’histoire culturelle et de l’histoire des sciences et des techniques.
Notre parti pris sera de déplacer le regard de l’histoire environnementale d’une étude des espaces et de leur détérioration ou conservation (forêts, plaines, rivières, océans, villes…) vers une étude des choix historiquement situés (économiques, technologiques et politiques), des modèles de production et de consommation qui ont produit la crise contemporaine. Figureront alors parmi les thèmes structurants du cours des questions telles que : l’évolution de la réflexivité environnementale depuis deux siècles et le gouvernement de la critique du progrès ; le rôle des savoirs scientifiques « conservationnistes » dans la quantification et la requalification de la nature au gré des métamorphoses du capitalisme; ou encore les désinhibitions morales et culturelles et les régulations politiques accompagnant la destruction environnementale et la prise de risque.
L’enseignement s’adresse à des étudiants de master en histoire, en sciences sociales et histoire des sciences et des techniques, mais il est aussi ouvert aux auditeurs libres concernés par les enjeux écologiques et leur histoire.