Soutenance de thèse de Volny Fages le lundi 10 décembre à 14h à l’EHESS

Volny Fages
« Les origines du monde. Cosmogonies scientifiques en France (1860-1920) : acteurs, pratiques, représentations »
sous la direction de Dominique Pestre
La soutenance aura lieu le lundi 10 décembre à 14h, à l’EHESS,
au bâtiment France, au 190 avenue de France (Paris 13e),
dans la salle du conseil B (1er sous-sol).
Résumé :
Les origines de l’homme, de la Terre, de la vie, ou des astres, sont des questions culturellement omniprésentes et façonnant profondément le second XIXe siècle. Mais alors que les débats autour de la théorie de l’évolution, de la paléontologie, et de la géologie, ont donné lieu à une historiographie très riche, les travaux concernant l’histoire de l’étude de l’origine des astres, que rassemble à l’époque le terme de « cosmogonie », sont beaucoup plus rares. Cette thèse s’efforce, dans le cas de la France, de combler cette lacune.
Ce travail décrit en détail la variété des pratiques cosmogoniques du second XIXe siècle français. Il articule pour cela une attention particulière portée aux dispositifs institutionnels d’administration et de régulation des sciences, avec une étude prosopographique détaillée de la communauté d’acteurs, hétérogène, rassemblée par ce sujet de recherche.
L’étude des auteurs d’hypothèses cosmogoniques, de leurs pratiques et de leurs discours, permet notamment d’éclairer, à travers un cas, le long processus de professionnalisation des sciences qui s’opère durant la période étudiée. Ce processus de démarcation d’une élite savante, universitaire, s’effectue simultanément sur plusieurs fronts, où les cosmogonistes sont présents. Leur étude permet ainsi d’identifier les façons dont s’élaborent, discrètement, des frontières, poreuses et longues à se stabiliser, singularisant socialement les auteurs susceptibles de participer à la fabrication de la science en fonction de critères indissociablement cognitifs, sociaux, et politiques.
Le jury sera composé de :David AUBIN, professeur à l’Université Pierre et Marie Curie (rapporteur)
Christophe CHARLE, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’IUF
Jean-Marc LEVY-LEBLOND, professeur émérite à l’Université  de Nice (rapporteur)
Dominique PESTRE, directeur d’études à l’EHESS
Otto SIBUM, professeur à l’Université de UppsalaVous êtes cordialement invités