Programme du séminaire pour l’année 2012-2013

 

• • • Le séminaire se déroule, sauf exception, au 5ème étage du Centre Alexandre-Koyré, 27 rue Damesme, 75 013 Paris. M° Tolbiac.

Prochaines séances : 4 avril, 2 mai, 6 juin et 4 juillet 2013. 

Pour toute question sur l’organisation de ce séminaire, contacter les doctorantes : Hana SIM simhana.france(at)gmail.com ou Carolina Melo carolmelobh(at)yahoo.com.br

2 mai 2013

-Nausica Zaballos
“Les entendeurs de voix et l’émergence d’une nouvelle forme d’expertise en santé mentale.”

-Aurore Viard-Cretat
“Quel climat pour les forêts camerounaises ? La coopération climatique dans les rouages de l’aide au développement.”

4 avril 2013

– Hana SIM
Présentation d’un projet de communication

– Valérie BURGOS
Présentation du groupe Histoire des techniques

– Adeline NÉRON
“Retours du 3e Forum mondial sciences et démocratie : quel(s) rôle(s) des chercheurs STS?”

7 mars 2013

Séance de discussion méthodologique sur nos diversités de terrains

07 février 2013

• • • Exceptionnellement, en raison des travaux actuellement effectués au 27 rue Damesme, le séminaire se tiendra à l’EHESS, salle 11, 105 bd Raspail, 75006 Paris

– Yannick Mahrane (doctorant, EHESS-Centre Alexandre-Koyré)

“Ecologiser l’économie ou économiciser la nature ? Une généalogie de la notion de SE aux Etats-Unis, 1945-1980”

L’histoire de l’économie écologique – sous-discipline du champ économique – et son ambition de quantifier la valeur économique des Services Ecosystémiques sont souvent réduites à un phénomène économico-centré apparu dans les années quatre-vingt aux États-Unis. Pourtant, dès le milieu des années soixante, des écologues rattachés au complexe militaro-industriel tentèrent d’intégrer les processus biophysiques aux modèles économiques et ce pour fournir aux décideurs politiques des stratégies d’aide à la décision en matière d’aménagement des territoires. Ces premières tentatives n’auraient pas été possibles sans la construction de métaphores, de nouvelles manières de voir, de mesurer et de quantifier la Nature, liées à des outils et méthodologies issus de la Seconde Guerre mondiale : la recherche opérationnelle et l’analyse des systèmes.

– Cataldi Maddalena
“Découvrir, comprendre et traduire des gravures pariétales de 1868 à 1959. Une histoire de la science archéologique à travers l’histoire de l’étude scientifique du Mont Bego.”

Le propos de la recherche est l’étude de l’histoire de l’archéologie préhistorique du site du Mont Bego (Tende, Alpes Maritimes) en passant par la reconstruction de la biographie culturelle de ses protagonistes et par l’analyse de la construction des thèmes archéologiques qui ont émergé dans la production scientifique liée au site et dans celle des savants contemporains (archéologues, géographes, botanistes). L’étude de la création d’un site spécifique et de ses « typologies » (catégories visant à ordonner les objets d’étude) constitue une perspective privilégiée qui pourra faire émerger de nouveaux éléments dans le panorama des études d’histoire de l’archéologie préhistorique. On comblera le vide des recherches sur ce site spécifique et au même temps, on pourra aborder le sujet de la construction des « outils conceptuels » propres aux archéologues, à travers l’analyse de ce que l’on pourrait envisager comme un processus de construction d’un objet scientifique.

En focalisant l’attention sur les gravures dites « topographies » on pourra suivre les démarches du questionnement archéologique en utilisant les textes et les recherches dans le champ des savoirs contigus et confronter les méthodes utilisées dans les diverses disciplines dans le cadre de la naissance de la méthode archéologique.

D’un autre coté, il sera utile d’intégrer ce type d’analyse dans le panorama d’études qui concerne les sites à « gravures » et dans un cadre plus vaste, il sera nécessaire d’interroger des sources de presse afin d’éclairer la façon dont les thèmes du questionnement scientifique sont présentés au public, et, vice-versa, les attentes et les débats que le champ scientifique induit et provoque dans la société.

09 janvier 2013

– Carolina Bandeira de Melo (doctorante, Université fédérale de Minas Gerais – EHESS)

“Les échanges entre la France et le Brésil dans le domaine de la Psychologie entre les deux guerres mondiales”

+ Discussion sur l’organisation du séminaire et les différentes activités des doctorants du Centre Alexandre-Koyré.

05 décembre 2012

– Juliette Lancel (doctorante, EHESS – Centre Alexandre-Koyré) 

“Quelles sources pour une histoire du rêve dans la France moderne ?”

L’histoire du rêve à l’époque moderne reste un champ encore peu défriché jusqu’ici. Appréhender le rapport au rêve en un lieu et une époque donnés demande de prendre en compte un ensemble de sources aussi riche que disparate. Cette intervention se propose donc de présenter les différents types de sources exploitables, et les enjeux méthodologiques qu’ils supposent. Ce sera également l’occasion de recueillir vos commentaires et vos critiques en vue de la publication d’un article sur le sujet, sur le carnet hypothèse « Devenir historien(ne ».

– Jérôme Baudry  (doctorant, ENS – EHESS, Centre Alexandre-Koyré)

“Les paradoxes du droit français des brevets à l’international (fin XVIIIe-début XIXe)”

En 1791, la “Loi sur les découvertes utiles” établit un mode inédit de protection de l’invention, non plus fondé sur les privilèges que le Roi accorde comme un don à l’inventeur, mais sur l’idée que ce dernier possède un droit naturel à jouir exclusivement des “produits de son esprit”. Alors que les privilèges étaient délivrés en référence à un critère d’utilité, les brevets sont pour leur part accessibles sous de strictes conditions d’originalité (le breveté doit être l’auteur de l’invention) et de nouveauté (l’invention doit être nouvelle). Pourtant, en autorisant les brevets d’importation, qui donnent aux importateurs les mêmes droits qu’aux inventeurs, la loi semble contredire sa propre logique. Je me propose d’analyser ces contradictions et d’exposer les problèmes qu’elles posent aux inventeurs pendant la période de validité de la loi de 1791, ainsi que les tentatives proposées pour les résoudre.

14 novembre 2012

– Enora Javaudin (doctorante, Université Paris Ouest Nanterre la Défense) 

“L’O.N.U. et la question de la contamination radioactive comme insécurité environnementale globalisée”

Lors de cette séance, je me propose de présenter le sujet et les pistes de mon travail de thèse, qui porte sur l’Organisation des Nations-Unies et la question de la contamination radioactive comme insécurité environnementale globalisée. La période qui commence au milieu des années 1950 et s’achève au début des années 1970 constitue un moment clé d’émergence de la question des pollutions et des contaminations sanitaires et environnementales ayant un caractère planétaire. De nouvelles notions, telles que celles d’ « environnement» et de « pollutions », apparaissent, et de plus en plus de substances polluantes et nocives (DDT, pesticides, PCBs…) sont mises à jour. En mobilisant les outils de l’histoire et de la sociologie, je présenterai ma recherche, qui consiste à reconstruire les processus de mise en discussion de la question de la « contamination radioactive globalisée » au sein de l’Organisation des Nations Unies, espace dans lequel les enjeux s’institutionnalisent et s’internationalisent. Le but est de comprendre comment un système d’expertise s’est constitué au sein de l’O.N.U. (et de ses diverses agences, telles que l’UNSCEAR, l’AIEA, l’OMS, l’OMM, et la FAO) autour de la question de la contamination radioactive, et comment celle-ci s’est articulée avec l’enjeu émergent de l’ « environnement ».

– Sara Fernandez (post-doctorante, EHESS – Centre Alexandre-Koyré) 

“Comment mieux rendre compte de la pluralité des rationalités qui fondent la gestion de l’eau et des territoires dans la prospective ?”

Le modèle Force motrices-Pressions-Etat-Impact-Réponses (DPSIR) est devenu hégémonique pour le développement de scénarios en appui à la planification des usages de l?eau en Europe. Ce modèle réduit l?espace et les conflits sur les ressources naturelles à des indicateurs apolitiques. En prenant la Garonne pour exemple, nous soulignons au contraire l’importance des contingences sociales dans la construction des indicateurs de la gestion de l?eau. Dans le modèle DPSIR, certaines pratiques sociales et choix politiques deviennent des pressions ou des forces motrices  inévitables alors que d?autres doivent être ajustés. Un tel cadrage révèle les rapports de pouvoirs passés ou présents sur l?eau et contraint aussi fortement le débat lorsqu’il s?agit d’imaginer le futur. Comment la prospective peut-elle mieux contribuer à un débat pluraliste sur le gouvernement de l’eau et des territoires, sur la construction de ses frontières et de ses trajectoires ? En ne se limitant pas à fournir un modèle biophysique autour duquel est  réunie une pluralité d?acteurs par le biais d’ateliers participatifs pour construire des scénarios contrastés. Il s’agit aussi de faire entrer la société dans les scénarios dès le départ et d’en déduire des conséquences biophysiques. Nous proposons de déployer une pluralité de cadrages DPSIR et de frontières physiques sur la Garonne pour explorer des futurs possibles, en nous appuyant sur des outils d?analyse politique et sur une connaissance  de la société qui aille au-delà de ses effets sur l?eau Nous discutons des apports et des limites de l’approche proposée.

La communication s’appuie sur un article paru dans la revue “Développement durable et territoires” en décembre 2011 :
http://developpementdurable.revues.org/9124

24 octobre 2012

– Isabelle Lémonon (doctorante, EHESS-Centre Alexandre Koyré)

 “Women’contributions to mathematics in the 18th century : a gendered question ?”

The 18th century in France saw the multiplication of “salons” which were led by women and where mathematics or science could be discussed as well as literature. These well-known women usually got together the brightest male minds of the time and were not really involved in the process of building or using mathematics and science. Yet, some unknown women and rare known ones really took part in the process of developing mathematics. I will present some of their contributions and try to analyze their work in terms of calculations, modeling or teaching and communicating. The comparison of their personal trajectories, and of their social network will rise the question of the access to education and knowledge by women at this period as opposed to male education. I will also take into consideration the social image of the “woman of science” in the 18th century to enlighten the lack of primary sources which introduces a bias in my study.

– Sara Angeli Aguiton (doctorante, Science Po)

“Is a FBI agent a DIYbiologist as any other?”

In 2004, the artist and activist Steve Kurtz was arrested by the FBI and charged for building biological weapons in his home laboratory. Four years later, the Do-It-Yourself Biology community was created to promote amateur biology in community labs. Risks associated to the biohacker practices were flagged as safety concerns and “biosecurity threat”. But, rather than the repression used in Steve Kurtz’s case, the FBI’s approach of the DIY community was to promote “outreach” and “education”. How can we understand this change of approach towards security issues related to DIY Biology: what does “outreach” imply? How has this relation with the FBI shaped the biosafety/biosecurity culture of the community? And how has this relation transformed the space of amateur practices? I will study significant “tests” of security that challenged the FBI’s early position (2003-2009), leading to the definition of a different apparatus of security (2009-2011). I will discuss the reactions of the community towards this “policing engagement” and its effect on the institutionalization of the DIYbio movement. Finally, I will suggest hypotheses to understand the FBI’s “benevolent surveillance” of the new field of “legitimate practitioners” of biology.

Cette présentation s’appuie sur des recherches menées en collaboration avec Sara Tocchetti.

03 octobre 2012

– Yannick Mahrane  (doctorant, EHESS-Centre Alexandre Koyré)

 “Aux origines de l’écologie économique : l’impact de l’environnementalisme, de la recherche opérationnelle et du complexe militaro-industriel américain”






Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search