SemDocCak 2014-2015

Ce séminaire, organisé par les (post-)doctorant.e.s du Centre Alexandre-Koyré, est consacré à la présentation de travaux de recherches doctorales en cours.
Espace de discussion et d’échange d’expériences autour de nos objets et pratiques de recherche, il vise à questionner et partager des outils et concepts d’analyse, ainsi qu’à échanger sur les difficultés pragmatiques de la thèse (préparation du terrain, écriture, recherche de financements, préparation de l’après-thèse, etc.).

Le séminaire est ouvert à des doctorant.e.s extérieur.e.s au Centre Alexandre-Koyré intéressé.e.s par les problématiques et les méthodologies liées à l’histoire et aux études sociales des sciences et techniques.

Ces présentations sont en règle générale suivies de la réunion technique des (post-)doctorant.e.s.

Il a lieu au CAK, 27 rue Damesme, 75013 Paris, salle de réunion au 5e étage.

Programme 2014-2015:

7 mai, 13-16h:

Intervention :

*Alain Bernard (et invité?)

Construire un enseignement d’histoire et/ou de philosophie des sciences dans le contexte de formation professionnalisantes à l’université

Si la construction auquel ce titre fait allusion, relève le plus souvent du bricolage précaire et dans des conditions le plus souvent difficiles, sinon hostiles parfois, cela n’implique pas qu’on ne puisse ou ne doive penser ces expériences, toujours particulières, dans des cadres théoriques ou conceptuels plus généraux. C’est ce que j’essaierai de montrer en m’appuyant d’une part sur mon expérience personnelle de formateur et d’enseignant, d’autre part sur une publication collective récemment parue chez EPD sciences et que j’ai contribué à coordonner (Les sciences humaines dans les parcours scientifiques et techniques professionnalisants : quelles finalités et quelles modalités pratiques ? en accès libre sur SHS web of conferences et en version papier à la bibliothèque du centre). La thèse apparemment paradoxale que j’aimerais défendre est que même si les jeunes enseignant-e-s qui abordent ou aborderont ce type d’enseignement doivent s’attendre à “bricoler”, comme les plus demi-anciens dont je fais désormais partie, ils ou elles ont tout à gagner à arriver prévenu-e-s et informé-e-s sur les principales problématiques aujourd’hui sous-jacentes à ces enseignements.

2 avril, 14-17h:

Interventions :

*Quetzal Argueta

Revenir sur la modernisation la culture du maïs dans la première moitié du XX siècle: agents, horizons et controverse au cas mexicain

Résumé :

Après les critiques issus des mouvements environnementalistes parmi d’autres, les autrefois promoteurs de la Révolution Verte ont lancé un « mea culpa » reconnaissant les problèmes écologiques, économiques et sociaux entrainés par le modèle agroindustriel ; cependant, ils ont justifié leur agir en expliquant ces problèmes par un manque d´expertise locale à la gestion du modèle, l’impossibilité de prévoir ces conséquences, et en fin, le manque d’alternatives agro productives. Nous voulons revenir sur ces idées en restituant dans leur contexte les différents acteurs, arguments, savoirs et techniques participants du processus, pour essayer de comprendre la rationalité des chois faits, ainsi que la stabilisation d´un des modèles possibles et la marginalisation des autres. Dans ce sens, nous suivons les stratégies que pour « moderniser » la culture du maïs ont déployés d’abord l’État Mexicain à la fin de la Révolution Mexicain en 1921, et puis, la Fondation Rockefeller à partir de la création son bureau de recherches au Mexique en 1943, ainsi que les contestations du processus modernisateur relevés par différents secteurs.

*Sophie Omère

Des fontainiers français en Espagne : transfert et diffusion de savoir-faire technique au XVIIIème siècle 

Résumé :

La diffusion des techniques et du savoir-faire est un thème fort en matière d’hydraulique. De ce point de vue, l’exemple des jardins de la Granja est très intéressant puisque le savoir-faire français y est mis à l’honneur.

Le palais et les jardins de la Granja de San Ildefonso, près de Ségovie, dans la Sierra de Guadarrama, sont construits à la demande du roi Philippe V. Cette construction reflète les origines du roi, petit-fils de Louis XIV et son éducation reçue à la cour versaillaise. Le projet du palais est d’abord confié à l’architecte Théodore Ardemans tandis que la réalisation des jardins est placée sous la direction d’une équipe française. Le dessin des jardins est confié au sculpteur-architecte René Carlier et au jardinier Etienne Boutelou, le terrassement et la direction des travaux à l’ingénieur militaire Etienne Marchand. Une équipe de sculpteurs est missionnée pour la réalisation des groupes sculptés et des fontaines. Les matériaux utilisés pour la constitution du réseau hydraulique (le plomb) sont directement importés depuis la France et mis en œuvre par des fontainiers français.

26 mars, 14-17h: 

Interventions :

*Nathalie Voarino

Double-usage de la recherche en neurosciences avec des perspectives de neuroamélioration

Résumé:

Ce projet de recherche se penche sur les problématiques rattachées aux usages « neuroamélioratifs » de technologies issues de la recherche en neurosciences par le biais du concept de « double-usage » de la recherche. Ces technologies présentent à l’heure actuelle d’intéressantes perspectives thérapeutiques, tout comme diverses améliorations cognitives chez le sujet « non-malade », dont découlent des applications, plus ou moins imminentes, en dehors du cadre clinique ou investigatoire. Est proposé ici de s’intéresser à ces applications, détournées des objectifs premiers de recherche, et aux préoccupations éthiques qui les accompagnent, via un concept généralement associé aux recherches avec des perspectives de sécurité nationale, considérées comme « mésusages ». Révisant la trivialité d’une définition dichotomique aux usages « bons » et « mauvais », l’ouverture du concept à d’autres usages que ceux relatifs aux applications militaires ou associés à un niveau de risque élevé apparaît comme pertinente. Faisant référence au conflit entre, d’une part, la liberté académique et, d’autre part, la protection de la sécurité et de la santé publique, ce concept paraît utile pour réfléchir à la régulation de ces applications, dans le cas d’une certaine non-intentionnalité scientifique et selon un principe de précaution.

*Isabelle Lémonon

Retour d’expériences : le langage secret des archives (ou comment ne pas y perdre trop de temps !)

Résumé:

Mon objectif est de présenter les pièges à éviter lors des recherches en archives, ainsi que les documents qui peuvent fournir de nombreuses informations sans dépenser trop de temps (archives nationales, départementales, municipales, notariales….). Cette présentation, non exhaustive sera basée sur mon expérience personnelle, qui  concerne principalement le 18e siècle et le début du 19e, mais qui couvre les deux types de classement Ancien et Nouveau Régimes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search