Journée dʼétudes des jeunes chercheurs du Centre Alexandre Koyré – 17 octobre 2014

JE-historicité-V8_Page_1

 

Journée dʼétudes, 17 octobre 2014, Centre Alexandre Koyré, 27 Rue Damesme, 75013 Paris

Continuer la lecture de Journée dʼétudes des jeunes chercheurs du Centre Alexandre Koyré – 17 octobre 2014

A lire : Un rapport sur le thème du doctorat a été remis à l’AssembléeNationale

escription : Logo2003modif

N° 1429

______

ASSEMBLÉE NATIONALE

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

QUATORZIÈME LÉGISLATURE

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 10 octobre 2013.

AVIS

PRÉSENTÉ

AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES CULTURELLES ET DE L’ÉDUCATION SUR LE PROJET DE LOI de finances pour 2014,

TOME IX

RECHERCHE ET ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET VIE ÉTUDIANTE

Par M. Emeric BRÉHIER,

Député.

_

document au format pdf

__

Voir les numéros : 1395, 1428 (annexe n° 38).

SOMMAIRE

___

Pages

INTRODUCTION 5

I. LES CRÉDITS DEMANDÉS POUR 2014 : UNE VOLONTÉ DE « SÉCURISATION » ET DE JUSTICE 6

A. LES EMPLOIS 6

B. LES MOYENS DES ÉTABLISSEMENTS 7

C. LA VIE ÉTUDIANTE 8

II. LE THÈME CHOISI PAR LE RAPPORTEUR : LA FRANCE ET SES DOCTORANTS 10

A. L’ÉTAT DU DOCTORAT 10

1. Le « stock » de docteurs et les « flux » de doctorants 10

a. Un déficit relatif 10

b. Des flux « décalés » 12

c. La place des doctorants étrangers 13

2. Un « statut » qui reste marqué par la précarité 14

a. D’importants éléments de régulation 14

b. Une situation financière et sociale trop souvent fragile 15

3. Un diplôme culturellement déconsidéré 18

B. ASSURER UN FINANCEMENT POUR TOUS LES DOCTORANTS ET UNE INSERTION PROFESSIONNELLE POUR TOUS LES DOCTEURS 23

1. La nécessaire protection juridique et sociale de l’expérience professionnelle qu’est la préparation d’un doctorat 24

2. Un financement « universel » des thèses qui suppose des arbitrages 24

3. L’enjeu de la professionnalisation des doctorants 27

a. Transformer l’essai des écoles doctorales 27

b. « Normer » davantage le diplôme 28

4. Les carrières publiques et privées 30

a. Ne plus considérer le statut d’enseignant-chercheur comme le débouché exclusif et naturel du doctorat 30

b. Élargir l’accès à la haute fonction publique en particulier territoriale 32

c. Valoriser les recrutements de docteurs par le secteur privé 35

TRAVAUX DE LA COMMISSION 39

AUDITION DE LA MINISTRE 39

EXAMEN DES CRÉDITS 39

ANNEXES 61

ANNEXE N° 1 : LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES PAR LE RAPPORTEUR 61

ANNEXE N° 2 : STATISTIQUES 64

INTRODUCTION

Le présent rapport pour avis porte sur deux des douze programmes de la mission budgétaire interministérielle « Recherche et enseignement supérieur ». Intitulés « Formations supérieures et recherche universitaire » et « Vie étudiante », ils devraient mobiliser, l’année prochaine, respectivement, 12,803 milliards et 3,160 milliards d’euros.

Ces crédits étant examinés, de manière détaillée, par le rapporteur spécial de la Commission des finances, M. Thierry Mandon, le rapporteur pour avis a centré ses travaux sur un thème – la France et ses doctorants – lié au vote, il y a quelques mois, de la loi n° 2013-660 du 22 juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et à la recherche.

Ce texte comporte en effet des dispositions tendant à la reconnaissance du doctorat par les concours de recrutement de catégorie A, à commencer par celui de l’École nationale d’administration (ÉNA). L’adoption de ces mesures, à la portée variable, a pourtant suscité un vif débat au sein et autour du parlement, dont les a priori étaient fort instructifs pour le thésard qu’a été le rapporteur pour avis.

Le doctorat constitue, par ailleurs, « l’étage » le plus élevé de l’Espace européen de l’enseignement supérieur, qui, à la suite de la Conférence ministérielle réunie à Bologne en juin 1999, s’est structuré autour des trois diplômes de la licence (bac + 3), du master (bac + 5) et du doctorat (bac + 8, théoriquement du moins) – ce qu’on appelle communément le « LMD ».

Or, force est de constater que la France s’est affranchie du D. En effet, son système de formation « dual » et ses cadres des secteurs public et privé n’accordent pas une réelle considération au grade universitaire qui, dans le reste du monde, est indiqué sur la carte de visite de son titulaire. Cette anomalie « culturelle » est d’autant plus étonnante que notre pays, comme tous ceux qui doivent produire de la valeur ajoutée pour être suffisamment compétitifs, doit impérativement s’interroger sur son « stock » et ses « flux » de docteurs.

Le rapporteur a donc souhaité enquêter sur la situation de ce diplôme, dans le temps et le cadre nécessairement contraints que constitue la rédaction d’un avis budgétaire. Pour ce faire et pouvoir ensuite formuler quelques pistes d’évolution, il a pu recueillir l’avis de cinquante-huit personnes. Qu’elles en soient remerciées ici.

L’article 49 de la loi organique n° 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances fixe au 10 octobre la date butoir pour le retour des réponses aux questionnaires budgétaires.

À cette date, 83 % des réponses étaient parvenues

Soutenance de thèse Catherine Radtka mardi 10 décembre 2013 à 13h30 au Centre Alexandre Koyré

Construire la société scientifique par l’école.

Angleterre, France et Pologne au prisme des manuels de science pour les élèves ordinaires

(1950-2000)

La soutenance aura lieu le mardi 10 décembre 2013, à 13h30

au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris (métro Tolbiac). La salle se trouve au rez-de-chaussée, à droite.

 

Le jury sera composé de :

Catherine Allamel-Raffin

Maître de conférences à l’Université de Strasbourg

Renaud d’Enfert

Maître de conférences HDR à l’Université de Cergy-Pontoise (rapporteur)

Hélène Gispert

Professeur à l’Université Paris Sud 11

Dominique Pestre

Directeur d’études à l’EHESS

Bruno Strasser

Professeur à l’Université de Genève (rapporteur)

 

Résumé – La science a pris, dans les sociétés contemporaines, une importance primordiale. En parallèle, l’enseignement des sciences s’est imposé dans les cursus de la scolarité obligatoire. Pourtant, alors que l’enseignement des sciences au niveau supérieur est l’objet d’une historiographie déjà riche, les travaux concernant l’enseignement des sciences destiné à un public de masse sont beaucoup plus rares. Cette thèse s’efforce de combler cette lacune et de problématiser l’existence d’un enseignement des sciences dans les cursus de formation les plus généralistes et les plus fréquentés par les élèves.

L’étude est centrée sur trois pays européens – la France, la Pologne et l’Angleterre – analysés à la fin des années 1950 et dans les années 2000. Elle s’attache à un objet particulier, le manuel scolaire, pour éclairer les dynamiques qui façonnent les représentations collectives de la science. Elle lie ainsi l’histoire des sciences à l’histoire de l’enseignement et du livre et de l’édition pour analyser la manière dont, dans la seconde moitié du xxe siècle et en Europe, la science est institutionnalisée auprès des élèves ordinaires comme une source de savoir sûr et un mode supérieur de connaissance du monde et de soi.

À travers la comparaison dans l’espace et dans le temps, ce travail montre comment les élèves ordinaires sont invités à participer à la construction de sociétés scientifiques, et insiste sur les particularités du discours sur la science tenus dans les différents contextes. Il met en évidence la similarité des projets éducatifs des années 1950 et souligne ensuite l’hétérogénéité qui caractérise le discours sur la science dans les années 2000.

 

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés.

 

Au plaisir de vous y retrouver,

Catherine Radtka

Isabelle Gouarné « Vie savante et engagement politique. Deux études de cas : Jean-Maurice Lahy et Georges Friedmann »

Dans le cadre du séminaire « L’enquête biographique dans les études sur les sciences. Vie et travail scientifiques »

Isabelle Gouarné

Post-doctorante au Centre Alexandre Koyré

donnera la conférence intitulée

« Vie savante et engagement politique. Deux études de cas : Jean-Maurice Lahy et Georges Friedmann »

La conférence aura lieu le 2 décembre 2013, de 15h30 à 17h30

au Centre Alexandre Koyré

27 rue Damesme, 5ème étage, 75013 Paris (métro Tolbiac)

 

Période de forte politisation du monde intellectuel français, les années 1930 virent se rallier au mouvement communiste nombre de scientifiques et d’universitaires, s’engageant alors au nom de la défense de la science et du progrès. Ces intellectuels n’ont cessé par la suite d’affirmer les liens entre leur prise de position politique et leur travail scientifique, et constituent de ce fait un « cas-limite » permettant d’étudier comment vie savante et engagement politique s’entremêlent. L’attention sera ici centrée sur les itinéraires du psychotechnicien J.-M. Lahy (1872-1943) et du sociologue G. Friedmann (1902-1977), qui furent tous deux d’actifs compagnons de route dans l’entre-deux-guerres, et qui se présentèrent alors comme des « travailleurs scientifiques marxistes ». L’enjeu de cette séance sera ainsi de réfléchir à l’intérêt de l’approche biographique pour rendre compte des conditions et des effets de la politisation des sciences.

 

Isabelle Gouarné est l’auteur de L’introduction du marxisme en France. Philosoviétisme et sciences humaines (1920-1939), paru en 2013 aux Presses Universitaires de Rennes.

Jeudi 7 novembre au Centre Koyré …

de 11h à 13h  Atelier de lecture

 

 

http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1004/files/2013/10/Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2013-10-10-%C3%A0-16.23.57.png

 

 

de 14h à 16h Koyré numérique

Atelier web. La plateforme Criminocorpus. Archives de l’anthropologie criminelle

Sans titre

Deux objectifs à cette séance partagée avec le séminaire « Criminologiques » :

1/ présentation de la plateforme Criminocorpus comme espace d’édition scientifique destinée à un public pluriel (chercheurs, praticiens du champ, enseignants, étudiants, public intéressé) : historique du projet, organisation éditoriale, description des principales unités (plateforme : outils/sources/expos), revue, carnet-blog, veille, réseaux sociaux, enjeux de l’édition en ligne : interopérabilité (moteur Isidore) et archivage à long terme des données de la recherche (Archie) avec la TGIR Huma-Num. Usages pédagogiques possibles (carte interactive, chronologies, transcription de sources)

2/ ouverture du « capot » de la plateforme principale pour amorcer un travail éditorial partagé avec les étudiants réguliers du séminaire « Criminologiques ». Présentation de la revue Archives de l’anthropologie criminelle (1886-1914). Description en ligne des métadonnées disponibles, leur insuffisance, réflexion et échange sur le partage du travail à réaliser

 

 

 

de 17h à 19h Première séance du séminaire

Penser / classer les collections techniques

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré, Paris)

« De l’origine commune de trois collections aujourd’hui dispersées : l’introuvable « musée chinois » de M. Hedde »

bibliographie

 

 

Très bonne journée à tous et au plaisir d’échanger lors de cette riche journée !