Séminaire Femmes et Savoirs 2015-16

Chers tous,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la reprise de l’atelier des doctorantes du Centre Alexandre Koyré pour l’année 2015-2016

Femmes et savoirs : espaces, frontières, marges

Séance 1 : jeudi 8 octobre 2015 de 14h à 16h30, Centre Alexandre Koyré

5eme étage gauche, salle du séminaire

Introduction 1 : Genre : discours et réalités dans les espaces du savoir

Intervenante : Anne Sophie Godfroy (Paris 4, Sciences, normes et décisions)

Résumé  On souligne souvent la sous-représentation des femmes dans les sciences, notamment en mathématiques, physique et ingénierie, sans remarquer combien les femmes sont également peu présentes en logique, en philosophie et dans les “sciences formelles” en général, c’est à dire dans les disciplines qui ont pour tâche d’élaborer des concepts, de définir des objets et leurs fonction, de les articuler à des raisonnements logico-mathématiques.

On commencera par tenter une définition plus précise des sciences formelles et de leurs relations avec les sciences empiriques. On s’interrogera ensuite sur ce que peut signifier la relative absence des femmes dans ce champ et sur ses conséquences pour la production scientifique. Dans un troisième moment, on montrera, en s’appuyant sur les travaux de Donna Haraway et Sandra Harding, comment une perspective féministe sur les sciences contribue à une critique radicale et à un profond renouvellement de nos perspectives épistémologiques.

Bibliographie à consulter en ligne http://femmesetsavoirs.sciencesconf.org/resource/page/id/16

Au plaisir de vous y retrouver,

Pour l’équipe organisatrice,

Valérie Burgos, Dalia Deias, Juliette Lancel, Isabelle Lémonon

Présentation du séminaire 2015-16

Responsables : Valérie Burgos, Dalia Deias, Juliette Lancel, Isabelle Lémonon

Périodicité : un jeudi par mois environ, de 14h à 16h30 (sauf la séance du lundi 1er février 2016)

Lieu : Centre Alexandre Koyré, salle de séminaire, 5e étage ou EHESS, Bâtiment France, Salle du Conseil (séances du 12 mai et 16 juin 2016)

Cet atelier proposé par des doctorantes du Centre Alexandre Koyré, se veut un lieu de réflexion collective, entre chercheurs, doctorants, et post-doctorants, sur le rôle des femmes dans la production et circulation des savoirs. Son objectif n’est pas de dresser un à un les portraits de femmes savantes, mais d’aborder par le biais de quelques exemples des problématiques aussi bien méthodologiques que thématiques qui se présentent lors de telles recherches. Pour cette deuxième année, l’atelier questionnera la notion d’espaces.

Celle-ci est équivoque lorsqu’on aborde des problématiques liées au concret, à la géophysique, et elle se complexifie encore lorsqu’on y introduit des propriétés économiques, sociales, culturelles…. « Sans référence à l’espace physique, des propriétés sociales permettent d’accéder à des systèmes consistant en des abstractions de dimensions sociétales» (Bernard Michon et Michel Koebel, Pour une définition sociale de l’espace). L’espace se révèle alors être un système de positions et de relations de positions. Bourdieu explique que « l’espace social, c’est l’espace des positions sociales, c’est l’espace des pratiques sociales, c’est l’espace des styles de vie ». L’atelier explorera cette année différents espaces physiques et/ou sociaux, particulièrement pertinents quant à l’analyse de la production et circulation des savoirs par les femmes au sein et “entre” ces espaces (les observatoires, les salons, les journaux, l’espace public…). La dynamique intra et inter espaces sera étudiée à la lumière de leur historicité, introduisant ainsi les questions de frontières et de marges. Un des objectifs sera de s’interroger sur la manière dont ces espaces sont genrés.

Cette analyse permettra de mieux situer les rôles endossés par les femmes dans l’entreprise de production des savoirs, de délimiter la frontière de leur participation à cette entreprise, de comprendre leurs stratégies d’accession et de participation au monde savant, et de mettre en relief les va-et-vient de ces savoirs d’un espace à l’autre. Les femmes sont-elles intégrées aux « espaces masculins » du savoir, se situent-elles à leurs frontières, créent-elles leurs propres espaces, ou encore sont-elles situées à la marge ?

L’atelier tentera également d’appréhender les discours sur les femmes dans et entre ces différents espaces. Comment participent-ils à l’élaboration d’un savoir sur les femmes et/ou sur le féminin ? Comment ce savoir est-il perçu par les femmes : assimilation, résistance, détournement, réappropriation ?

Contact : femmesetsavoirs@sciencesconf.org

Programme  :

Jeudi 8 octobre 2015 : Introduction 1 : Genre : discours et réalités dans les espaces du savoir

Intervenante : Anne Sophie Godffroy (Paris 4, Sciences, normes et décisions)

Jeudi 5 novembre 2015 : Introduction 2 : Les espaces en sciences sociales. Appréhender les marges.

Jeudi 3 décembre 2015 : Le monde des rêves au prisme du genre

Intervenante : Juliette Lancel (EHESS, CAK)

Jeudi 7 janvier 2016 : De la salle à manger à l’Académie

Intervenantes : Dalia Déias (EHESS, CAK) et Isabelle Lémonon (EHESS, CAK)

Lundi 1er février 2016 : Espaces à l’âge moderne

Intervenante : Anna Bellavitis (GRHis, Université de Rouen/IUF)

discutante : Antonella Romano (EHESS, CAK)

Jeudi 31 mars 2016 : Genre et circulations des savoirs

Intervenantes : Silvia Sebastiani (EHESS, CRH) et Caroline Muller (Université de Reims)

Jeudi 7 avril 2016 : D’une cour à l’autre

Intervenante : Caroline Zum Kolk (Institut d’études avancées, Paris)

Jeudi 12 mai 2016 : L’espace vu d’Asie (à l’EHESS, bâtiment France)

Intervenants : Daniel P. Morgan (Paris7, SPHERE) et Lisa Indraccolo (Université de Zurich)

Jeudi 19 mai 2016 : Académies à l’époque moderne : les femmes à la marge ?

Intervenante : Maria Pia Donato (IHMC, CNRS-ENS-Paris 1)

Jeudi 2 juin 2016 : Pénétrer l’espace masculin (1ere partie)

Intervenantes : Valérie Schafer (CNRS, ISCC) et Valérie Burgos (EHESS/CNRS, CAK, CERMES3)

Jeudi 16 juin 2016 : Pénétrer l’espace masculin (2e partie)

Intervenantes : Charlotte Poupon (Université d’Artois, I DREAMT) et Audrey Millet (Paris8, IDHE) (à l’EHESS, bâtiment France)

 

Pour rejoindre l’espace dédié au séminaire : http://femmesetsavoirs.sciencesconf.org/ 

Journée dʼétudes des jeunes chercheurs du Centre Alexandre Koyré – 17 octobre 2014

JE-historicité-V8_Page_1

 

Journée dʼétudes, 17 octobre 2014, Centre Alexandre Koyré, 27 Rue Damesme, 75013 Paris

Continuer la lecture de Journée dʼétudes des jeunes chercheurs du Centre Alexandre Koyré – 17 octobre 2014

Une lecture des Humanités numériques

Billet sur une lecture conjointe de Read/Write Book 2 de Pierre Mounier et de Humanities Computing de McCarthy.

Séance de l’Atelier de lectures du Centre Alexandre-Koyré du 5 février 2014.

Humanités numériques  (H.N. : techniques acrobatiques ou savoirs automatiques ?)

Read/Write Book 2, Pierre Mounier (dir., 2012, OpenEdition Press, en ligne https://books.openedition.org/oep/226?lang=fr)

Humanities Computing, Willard McCarty (2005, Palgrave Macmillan)

          “Le premier livre présenté, celui de Pierre Mounier, se veut être une introduction aux problématiques posées par les « humanités numériques ». Cette expression, qui date de 2006, a eu un certain succès mais ce qu’elle cache n’est pas facile à décrire, surtout quand on se souvient qu’il s’agit de l’équivalent français de l’expression anglaise digital humanities, derrière laquelle se posent peut-être des réalités et une philosophie différentes. S’agit-il d’outils ? Mis à la disposition de qui ? S’agit-il d’une discipline à part entière ? Et dans ce cas qui en sont les chercheurs ? Ces questions avaient déjà été soulevées par l’auteur du second livre présenté, Willard MacCarty, qui effectuait ainsi dès 2005 une autocritique de l’intérieur des digital humanities.

            En considérant à la manière de certains des auteurs écrivant dans le recueil Read/Write Book 2 les humanités numériques comme un ensemble d’outils mis à la disposition des SHS, on comprend qu’il s’agit d’insister surtout sur l’évolution qu’elles permettent dans les pratiques des chercheurs, lorsqu’ils fabriquent des savoirs, lorsqu’ils les publient (il est important de rappeler que le livre est en libre accès sur internet). Des corpus plus grands peuvent maintenant être rapidement analysés (big data), des recherches autrefois longues et laborieuses peuvent maintenant être menées, par exemple en utilisant des diagrammes créés sur mesure. Ainsi, ces outils se construisent et répondent de mieux en mieux aux exigences des chercheurs en s’appuyant simultanément sur les demandes de ces-derniers et sur les possibilités offertes par les travaux d’informaticiens, de mathématiciens ou autres. On ne sépare pas ainsi fondamentalement les concepteurs d’outils graphiques, de gestionnaires de bases de données, etc. d’une part, et de ceux qui les utilisent d’autre part. L’interdisciplinarité est donc au cœur de ces humanités numériques et il n’est finalement pas étonnant de retrouver, dans des « traditions » qui se forment différemment selon les pays (avec des philosophies différentes : utopique aux États-Unis, centrée sur le partage des sources en France), des laboratoires spécifiquement dédiés aux humanités numériques.

            Cette interdisciplinarité est mise en avant par McCarty qui considère que les humanités numériques doivent se baser sur un socle commun de connaissances méthodologiques présentes un peu partout : en histoire, en anthropologie… et en linguistique. Ainsi, ses travaux sur les Métamorphoses d’Ovide ont bénéficié de l’aide de logiciels permettant de mettre en lumière les structures narratives ou les schèmes syntaxiques de ce texte. Les humanités numériques ne forment ainsi rien de moins pour lui qu’un projet méthodologique et encyclopédique destiné à reprendre réflexivement les questionnements que l’on pose et à toujours affiner les réponses que l’on obtient.

            Ce type d’évolution dans les pratiques de traitement et de partage de savoirs a plusieurs précédents qui permettent d’éclairer les questions rappelées dans le premier paragraphe. Ainsi, au XIIIe siècle, l’utilisation massive de l’écriture (ce que l’on appelle la literacy, ou la culture de l’écrit) permet de faire émerger de nouveaux types de connaissances : la création de recueils écrits dans les tribunaux ou chez les notaires permet le recoupement de listes de noms ou d’événements sans cesse mises à jour, et changent profondément les pratiques sociales et administratives. De même, au XVe et XVIe siècle, l’écrit est encore plus massivement partagé grâce à l’imprimerie. La demande de ces nouveaux supports que sont le papier ou le livre imprimé demandent des personnels spécialisés, mais qui toujours travaillent en collaboration avec ceux qui vont les utiliser. C’est précisément ces nouveaux matériaux qui font se rencontrer au XVIe siècle, dans l’atelier de l’imprimeur, des gens très différents : les fondeurs de caractères mobiles, les graveurs/peintres, les papetiers, et bien sûr les auteurs (demandeurs de dessins particuliers en botanique, de caractères mathématiques spécifiques,…). Même si l’imprimerie a ses propres savoir-faire (celui du xylographe ou du graveur sur cuivre par exemple), l’outil que constitue la presse n’est pas à proprement parler une discipline. Par contre, les effets de l’arrivée de ces nouvelles technologies ont changé profondément la manière de penser et de transmettre les savoirs des disciplines déjà constituées (l’utilisation de diagrammes ou l’individualisation de la lecture par exemple), tout en créant de nouvelles disciplines (typiquement la philologie).

            Il semble ainsi, comme l’expliquent Pierre Mounier et Willard McCarty que les humanités numériques sont ce que nous en faisons, avec des théories et des pratiques qui leur sont directement liées (comme la conception d’algorithmes), mais surtout qu’elles permettent de faire se rencontrer pour leur développement mutuel et simultané des disciplines qui resteraient à distance sinon. De plus, elles vont peut-être permettre des collaborations interdisciplinaires nouvelles, mais où chaque chercheur aura à sa disposition des outils plus puissants permettant une division du travail plus grande.”

Jean-Marie Coquard, masterant du CAK. 

13 février 14h : prochaine séance du séminaire des docs et postdocs du CAK

La prochaine séance du séminaire des doctorants et post-doctorants du CAK aura lieu le jeudi 13 février à 14h. Nous recevrons David Aubin, professeur à Paris 7, et Andrée Bergeron, maître de conférences et associée au CAK. Ils nous parleront d’enseignement pendant la thèse et de son importance dans le processus de recrutement.

Comme d’habitude, nous examinerons les demandes de financement sur l’enveloppe des doctorants. Nous vous rappelons que les modalités d’attribution des financements et le formulaire sont accessibles sur le carnet Hypothèses à cette adresse : http://semdoccak.hypotheses.org/97. Pour toute question n’hésitez pas à prendre contact avec Isabelle Lémonon et Juliette Lancel qui s’occupent de la gestion de l’enveloppe.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search