Jeudi 7 novembre au Centre Koyré …

de 11h à 13h  Atelier de lecture

 

 

http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1004/files/2013/10/Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2013-10-10-%C3%A0-16.23.57.png

 

 

de 14h à 16h Koyré numérique

Atelier web. La plateforme Criminocorpus. Archives de l’anthropologie criminelle

Sans titre

Deux objectifs à cette séance partagée avec le séminaire « Criminologiques » :

1/ présentation de la plateforme Criminocorpus comme espace d’édition scientifique destinée à un public pluriel (chercheurs, praticiens du champ, enseignants, étudiants, public intéressé) : historique du projet, organisation éditoriale, description des principales unités (plateforme : outils/sources/expos), revue, carnet-blog, veille, réseaux sociaux, enjeux de l’édition en ligne : interopérabilité (moteur Isidore) et archivage à long terme des données de la recherche (Archie) avec la TGIR Huma-Num. Usages pédagogiques possibles (carte interactive, chronologies, transcription de sources)

2/ ouverture du « capot » de la plateforme principale pour amorcer un travail éditorial partagé avec les étudiants réguliers du séminaire « Criminologiques ». Présentation de la revue Archives de l’anthropologie criminelle (1886-1914). Description en ligne des métadonnées disponibles, leur insuffisance, réflexion et échange sur le partage du travail à réaliser

 

 

 

de 17h à 19h Première séance du séminaire

Penser / classer les collections techniques

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Alexandre Koyré, Paris)

« De l’origine commune de trois collections aujourd’hui dispersées : l’introuvable « musée chinois » de M. Hedde »

bibliographie

 

 

Très bonne journée à tous et au plaisir d’échanger lors de cette riche journée !

Mercredi 30 octobre de 14h à 18h : réunion de rentrée de 14h à 16h puis première séance du séminaire à partir de 16h

La réunion de rentrée de 14h à 16h abordera les aspects logistiques du travail au centre ainsi que les activités initiées en cette rentrée.

 

La première séance du séminaire de cette année scolaire aura lieu à partir de 16h.

Nous explorerons les aspects concrets de la thèse avec deux anciens doctorants du Centre, Sebastian GREVSMUHL et Volny FAGES.

Sebastien Grevsmühl, « A la recherche de l’environnement global : de l’antarctique à l’espace et retour : instrumentations, images, discours et métaphores », Lauréat du prix SFHST 2013 de la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques

Volny Fages, « Les origines du monde : cosmogonies scientifiques en France (1860-1920) », Lauréat du prix d’histoire sociale 2013 de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme)

Nous souhaitons que cette séance soit une occasion précieuse de discuter ‘tout ce que nous avons toujours voulu savoir sur la thèse sans jamais oser le demander’. (Les thèmes anticipés : la répartition du temps de travail pendant la thèse, mode d’utilisation de directeur, les stratégies vers la fin de thèse, après thèse, etc.)

Venez nombreux !

 

Parution : Devenir chercheur – Écrire une thèse en sciences sociales

Devenir chercheur – Écrire une thèse en sciences sociales

sous la direction de Moritz Hunsmann et Sébastien Kapp
 
Image1Comment devient-on chercheur ? Quelles sont les règles implicites et les pratiques qui gouvernent la préparation de la thèse ? Peut-on répondre collectivement, et de manière réflexive, aux questions que se posent les doctorants ?
Codirigé par Moritz Hunsmann et Sébastien Kapp, cet ouvrage rassemble les contributions de vingt-huit chercheurs et est issu des réflexions menées depuis 2008 dans le cadre du séminaire doctoral Les aspects concrets de la thèse à l’EHESS, aborde tous les aspects de la vie du jeune chercheur : le choix du sujet et de la méthode d’enquête, les relations avec le directeur de thèse, l’écriture, les publications, les opportunités du numérique, la présentation orale ou encore l’adoption d’une posture de recherche et l’engagement en tant que chercheur. L’objet de cet anti-manuel est d’établir le lien entre une expérience individuelle, conditionnée par la place centrale qu’y occupe l’écriture, et le contexte institutionnel et collectif de la recherche, dans lequel les doctorants se sentent souvent perdus. Une conviction unanime a porté ses auteurs : faire de la recherche et écrire une thèse sont des savoir-faire qui non seulement s’apprennent, mais aussi se transmettent.

 

  • Éditions de l’EHESS, collection Cas de figure, 10 octobre 2013, 360 pages. ISBN 978-2-7132-2416-4. 16 €


Table des matières

  • Howard S. Becker – Préface. Écrire une thèse, enjeu collectif et malaise personnel
  • Moritz Hunsmann et Sébastien Kapp – Introduction. Regards sur la thèse en train de se faire
 

Première partie. Écrire une thèse : choix, postures, encadrement

  • Jean Boutier – Qu’est-ce qu’une thèse en sciences humaines et sociales ?
  • Jean-Louis Fabiani – Faire son choix théorique en sciences sociales
  • Monique de Saint Martin – Que faire des conseils (ou de l’absence de conseils) de son directeur de thèse ?
  • Christian Comeliau – Encadré. Thèses interdisciplinaires. Amateurisme ou exigence fondamentale ?
  • Caroline Dayer – Élaborer sa posture à travers la thèse
 

Deuxième partie. Construire son enquête et produire ses données

  • Jean-Pierre Olivier de Sardan – Le projet de thèse. Un processus itératif
  • Claire Lemercier, Carine Ollivier et Claire Zalc – Articuler les approches qualitatives et quantitatives. Plaidoyer pour un bricolage raisonné
  • Jean-Pierre Olivier de Sardan – Encadré. L’enquête collective multi-sites
 

Troisième partie. Le jeune chercheur face à ses écrits

  • Maryvonne Charmillot – Penser l’écriture de la science
  • Lamia Zaki – Rédiger sa thèse comme on assemble un puzzle. Mieux articuler écriture et réécriture
  • Martyne Perrot et Martin de la Soudière – Littérature et sciences humaines. Entre tension et tentation
  • Thierry Wendling – L’apprentissage du xiangqi ou l’ethnographe comme auteur
 

Quatrième partie. Le passage à l’acte : rendre sa recherche publique

  • Luc Van Campenhoudt – La communication orale. Partie intégrante du processus scientifique
  • Alexandre Mathieu-Fritz et Alain Quemin – Publier pendant sa thèse. Quelques ficelles du métier exposées aux jeunes chercheurs
  • Nicolas Barreyre – Encadré. Le travail des revues
  • Marin Dacos et Pierre Mounier – Le canon à idées. Les opportunités du numérique pour les jeunes chercheurs
  • Marin Dacos et Pierre Mounier  – Encadré. Maîtriser son identité numérique
  • Laurence Zigliara et Rémi Hess – Le moment de la soutenance de thèse
  • Claudine Dardy – Encadré. Soutenir le poids de la thèse
  • Christophe Prochasson – Comment faire de sa thèse un livre ?
 

Cinquième partie. Le chercheur engagé : positionnement éthique et exigences scientifiques

  • Michel Beaud – Le travail de thèse, occasion d’exercer sa capacité de penser
  • Annie Thébaud-Mony – Recherche engagée et rigueur méthodologique. À propos de la recherche sur les cancers professionnels
  • Jean-François Bayart – Faire des sciences sociales, un acte de création

Pour consulter la préface et la table des matières, cliquez ici : http://editions.ehess.fr/uploads/tx_editionsehess/DevenirChercheur-extrait.pdf
ou ici : http://fr.calameo.com/read/000911625f011ba59d60f)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search