Prochaine séance du SemDocCak – Jeudi 17 avril !

Retrouvons-nous au 5ème étage du CAK de 14 à 16h jeudi prochain afin d’échanger ensemble.
Cette séance sera animée des présentations suivantes. 

Sara Matera : « Changement climatique: à la recherche d’un cadre d’évaluation des modèles prédictifs »

La prévision du climat est plein d’incertitudes. Cette recherche propose de trouver un cadre d’évaluation des modèles de simulation du système Terre à travers l’analyse du débat épistémologique sur la modélisation et la simulation des systèmes complexes. On arrive à la conclusion partielle qu’il faut dépasser l’épistémologie Popperienne pour embrasser une vision plus ample sur le processus d’évaluation des résultats scientifiques, notamment celle proposée par Funtowicz et Ravetz (1997) avec l’introduction du concept de “Science post-normale”. Cette conception de la science comme processus sociale a ouvert des nouveaux axes de recherche en philosophie et histoire des sciences: premièrement, les études historiques et sociologiques sur le travail de modélisation et le rôle des acteurs institutionnels (universités, centres de recherche, gouvernements, NGO, etc.) et deuxièmement, les études sur la prise de décision en situation d’incertitude. 

Juliette Lancel : « L’épistémologie de la croyance et ses mille visages »

Que vient faire le croire dans l’histoire des sciences et des savoirs ? Quel rôle peuvent jouer dans nos recherches respectives les travaux portant sur l’histoire des croyances ? 

Après une présentation des concepts fondamentaux et une incursion dans l’ouvrage fondamentale de Paul Veyne, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, le débat est ouvert. Sous forme de table-ronde, chacun est invité à échanger sur les formes que peuvent prendre dans son corpus ou son terrain l’épistémologie de la croyance.

Prochaine séance du SemDocCak ! le 13 mars

La prochaine séance du séminaire des doctorants et postdoctorants du Centre Koyré aura lieu le jeudi 13 mars, de 10h à 12h dans la salle de 5ème étage du Centre Koyré. Nous écouterons Johan Söderberg, post-doctorant à l’IFRIS et Rémi Durand, doctorant au CAK (résumé infra.) 

 “Innovation studies inside-out : between Open innovation and out-law innovation”

Pour la prochaine séance du séminaire des doctorant.e.s et des post-doctorant.e.s au Centre Alexandre Koyré, nous allons discuter avec deux intervenants, Johan Söderberg, post-doctorant à l’IFRIS et Rémi Durand, doctorant au CAK. Le thème de la séance est une recherche transversale dans le courant de l’étude d’innovation. Nous allons examiner la passion et la culture partagées entre les innovateurs dans les secteurs de la technologie de pointe, les différents modes de régulation sur l’innovation, et finalement la relation délicate entre l’innovation et l’Etat. Ces recherches sont menées dans deux communautés des innovateurs de deux domaines distincts : les premiers, les « Android enthusiasts » qui sont fondés sur l’« esprit hacker » et développent des programmes informatiques pour Google, les deuxièmes, des principaux membres de « psychonauts » qui font des expériences chimiques pour développer un meilleur drogue. A travers la comparaison, nous souhaitons interroger des questions suivantes : Comment la régulation et la réglementation traitent l’ambiguité de l’innovation ? Quelle est la distance entre innovation ouverte par les utilisateurs participatifs et innovation hors-la-loi ? Enfin, quelle contribution ces recherches peuvent-ils apporter au modèle de la gouvernance par les citoyens participatifs et scientifiques ?

 

Résumés

L’enthousiasme technologique lié aux technologies du numérique issues de la Silicon Valley, Rémi Durand

L’objet de recherche de ma thèse est l’écosystème de développeurs qui entoure le système d’exploitation mobile Android de Google. Je me pose deux questions sur ces communautés. Pour la première, je me demande comment cet univers de développeurs, qui est fondé sur l’« esprit hacker », sur l’ouverture (au sens open source et open innovation), peut engendrer une organisation sociale centralisée autour d’un acteur dominant. Mes travaux de terrain m’ont amené à m’intéresser particulièrement au rapport affectif très fort que ces développeurs entretiennent avec les technologies sur lesquelles ils travaillent. Ces développeurs se définissent eux-mêmes comme des passionnés, comme des enthousiastes technologiques, des « Android enthusiasts ». Ceci m’a amené à me poser une seconde question qui est au cœur de ma thèse : quel rôle joue cette passion dans la façon dont cet écosystème de développe et s’organise. Dans ce rapport, je me focalise sur cet enthousiasme technologique et je cherche particulièrement à en faire une généalogie, j’essaie de comprendre comment il a émergé, dans quel contexte, à quelles valeurs est-il lié, etc.

 

Comparing two cases of outlaw innovation: filesharing and legal highs, Johan Söderberg

The article discusses a subset of open innovation called ‘outlaw innovation.’ There are many examples of how outlaw innovation has furnished recognised businesses with ideas and markets in the computer sector. The interactions between the computer industry, the hacker subculture, and intellectual property law, is here compared to those between the pharmaceutical industry, the psychedelic subculture, and controlled substance act. By demonstrating that the same dynamic is at play here as in the computer sector, the article sets out to broaden the discussion on outlaw innovation. The concept is highly suggestive because it puts the finger on something true about innovation processes in general, the difficulty of regulating them. Novelty is a loophole in law, as is lucidly shown by the phenomenon of ‘legal highs’. Legal highs are molecules derived from controlled substances with the same psychoactive effect as the original compound, but being sufficiently different to circumvent existing, legal definitions. By pointing to legal highs, the article wants to raise questions that are implicit in the concept ‘outlaw innovation’, and open innovation more generally. One such question being: what changes in law are acceptable or necessary if we are to maintain existing levels of regulation and control over innovations and markets stemming from heterogeneous actor?

 

DIY-research in the psychonaut subculture: A case of unwanted user innovation, Johan Söderberg

The trend towards increased involvement of users and amateurs in scientific research and product development is applauded by company executives and policy makers alike. Some benefits expected from this trend are more legitimacy for scientific research, goods that better approximate consumer needs, and the lowering of inhouse costs. Missing out from this picture are cases where user innovation is emphatically unwanted, to the point that law enforcement agencies try to curb it. In order to put limelight on this aspect of diy-reseach, the chapter investigates a subculture dedicated to psychodelic, and controlled, substances. At the centre of the inquiry is the state and its role in directing user innovation. It can be seen in two, partly contradictory ways. First, users of controlled substances innovate in response to the presence of the state in the form of criminal law. Second, innovations from users are driven by the absence of the state in the form of safety- and consumer regulations. The case is extreme, but the implications that can be drawn from it are likely to grow increasingly important. The more firms and policy makers push a model where research and innovation are put-out to users, the better can the latter mobilise those practices for unforseen and potentially contentious ends.

13 février 14h : prochaine séance du séminaire des docs et postdocs du CAK

La prochaine séance du séminaire des doctorants et post-doctorants du CAK aura lieu le jeudi 13 février à 14h. Nous recevrons David Aubin, professeur à Paris 7, et Andrée Bergeron, maître de conférences et associée au CAK. Ils nous parleront d’enseignement pendant la thèse et de son importance dans le processus de recrutement.

Comme d’habitude, nous examinerons les demandes de financement sur l’enveloppe des doctorants. Nous vous rappelons que les modalités d’attribution des financements et le formulaire sont accessibles sur le carnet Hypothèses à cette adresse : http://semdoccak.hypotheses.org/97. Pour toute question n’hésitez pas à prendre contact avec Isabelle Lémonon et Juliette Lancel qui s’occupent de la gestion de l’enveloppe.

Prochaine séance – 6 juin 2013

Université
La séance du SemDocCak du jeudi 6 juin aura lieu de 16 à 19h au 5ème étage du Centre Alexandre-Koyré, 27 rue Damesme, 75 013 Paris. M° Tolbiac.

Des invités nous permettront de discuter de la Réforme des Universités en cours, suite aux Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche tenues en 2012.

Nous pourrons ensuite partager le début de la soirée avant la trêve estivale.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search